Acceuil

Rallye OpalBattre, ABC de la Kadett 2008



Samedi

Une météo maussade en Normandie, n’y pensez même pas, des gens tristes et frileux ne rêvez pas, des villages déserts de tout estivants, peut être ailleurs mais pas ici, en cette fin septembre, le Ding’Opel Club aime tordre le cou a tous ces préjugés et y parvient avec brio.

Des paysages sublimes au cœur d’une nature restée sauvage, non colonisée voila l’endroit ou nous avons été conviés par les organisateurs, Nadine et Eric pour parcourir cette merveilleuse côte d’Albâtre durant deux jours entre Dieppe et Etretat, ses falaises de craie découpées au scalpel, ses petites criques superbement aménagées ses habitants si gentils et de plus une superbe météo était au rendez-vous.

Le départ de ce Rallye était donné a Pourville ou tous les participants (une douzaine d’équipages) avaient rendez vous ce samedi a partir de 9h45, il n’y eu aucun retardataire, c’est un point à souligner du fait que certains venaient de loin, de très loin même entre autres étaient présents :
Didier Bardot et son fils Julien, équipage arrivé la veille de Besançon en coupé Kadett C, Jacques Raullier et madame venus de Belgique en Manta B, Yves, Jean-Michel et Anne Sophie Devroye arrivés eux aussi de Belgique en ‘’bus’’ mais ils piloteront la Commodore de Vincent, Alain et Brian Hauss en city ‘’bee’’, Gilles Kania et Sylvie en ch’tite Kadett A (6 volts a noter au passage) de Région Parisienne, Eric Charles et Gaelle en Manta B GSI arrivés la veille aussi, Jean-Claude Chabaud, Florence et Raphael en Manta A 20s, Arnaud Joret et Sophie en Manta A Berlinetta 1900, François Durieu copiloté par Huguette en Monza 30E, Fabrice et Isabelle Fortin ainsi que leurs deux enfants en Diplomat V8, Isa et Vincent en Kadett C City (celle d’Alain Hauss), Isa et Cédric en …voiture Française ;-) , le dimanche, la famille Merckling se joindra a nous en Coupé Commodore A GS.

Passé les retrouvailles autour d’un café bien chaud, les organisateurs nous rappelle les quelques règles de bonne conduite et de sécurité a respecter ensuite distribution des plaques de Rallye a fixer sur les autos et petit quizz de mise en jambes pour différer les départs après obtention du Road-Book qui cette année se déclinait en fléché et métré agrémenté de questions locales avec des objets a trouver.

Le convoie s’étire et les participants démarrent au compte goutte, cette métaphore n’est pas anodine puisqu’a peine 1km après, je retrouve Yves et la Commo arrêté dans la côte avec une « grosse fuite d’essence sous la voiture », merci a Jacques de lui avoir signalé.
Je stoppe la City et regarde de quoi il en retourne, bilan : la durite de jonction entre le filtre et la canalisation métallique sous la caisse avait rendue l’âme.
Eric Charles arrive a notre hauteur, se gare et sors ses outils, Jour de chance, il a aussi de la durite de 8 mm ce qui fera l’affaire par contre le Digger couché sous l’auto à se parfumer au SP98 c’était moins drôle.
Pendant ce temps, nous voyons défiler le cortège des autos ce qui nous fera partir bon derniers.
Ce sera le seul incident mécanique du week-end.

Le but d’un Rallye comme celui-ci n’étant pas la performance ni la rapidité, nous retrouvons ça et la des autos connues, arrêtées soit à prendre des photos des merveilles que nous rencontrons soit à chercher leur route, il arrive même que nous nous croisions…Au cours de notre périple, nous traverserons Quiberville, St Aubin/mer, Sotteville/mer pour ne citer que celles-ci.
Le samedi midi, bon nombre des participants se retrouvent a Veules-les-Roses pour se restaurer, certains choisiront un petit resto et d’autres pique-niqueront sur le bord de la plage.
L’après midi, nous visiterons St Valery-en-Caux, Paluel, Veulettes/mer le Road-Book nous fait alors bifurquer vers l’intérieur des terres.
Vers 16 heures, les participants commencent à arriver au gîte de Canouville, endroit réservé par les GO pour passer la soirée et se reposer en vue de la deuxième étape du dimanche.
Les équipages ne feront pas de vieux os autour de la table, vers minuit, le gîte était d’un calme Olympien, tout le monde logé dans de sympathiques chambres avec tout le confort nécessaire.


Image du diaporama
« Précédente | Suivante »
Dimanche

La campagne Normande nous ayant révélée quelques trésors la veille, au petit matin dans ces contrées il fait frais, humide et brumeux, certains s’interrogent, « vais-je allumer mes antibrouillards ? » ou encore « on ne verra rien pour les photos » ou bien « c’est sûr, je vais me paumer » Fi de tout ça, le temps que nous petit déjeunions, un rayon de soleil perçait a travers les moiteurs du petit matin et nous ragaillardissait.

Les GO vers 8h45 nous rassemblent et nous donnent les directives pour la journée, pour nous espacer au départ, là ce n’était pas le « jeu des 16 différences » de la veille qu’il fallait résoudre mais un « Sudoku » dit niveau faible et la on a vu des autos commencer à prendre racine oups ! Pour certains, ce n’était visiblement pas leur truc…bref rendez-vous a Etretat vers 12h30, avec toujours ce satané fléché-métré à suivre pour relever le maximum d’indices.

Traversée de Sassetot le Mauconduit ou un très beau château trône dans un magnifique parc, il a d’ailleurs hébergé l’impératrice Sissi (interprété a l’écran par Romy Schneider) pour sa convalescence en 1795 puis retour vers le bord de mer et des petites criques des ‘’Petites Dalles’’, de St Pierre en Port, puis transit par Fécamp, port de pêche réputé et haut lieu de la fabrication d’un breuvage délicat appelé Bénédictine, d’ailleurs saviez vous que celui-ci est composé de 27 plantes et qu’il a été ressorti des oubliettes par le sieur Alexandre le Grand non ?
Et bien bon nombre d’entre nous ne le savait pas mais comme cela faisait partie des questions posées, nous avons visité le Musée de la Bénédictine avec dégustation et ainsi avoir pu obtenir les précieux renseignements qui nous manquais.

Nous descendons sur Etretat, quand je dis descendons, en fait nous n’avons fait que de la montée et de la descente, la côte d’Albâtre n’est pas le plat pays cher a nos amis Belges mais une succession de petites anses nichées au creux de très hautes falaises.
Cette station balnéaire connue dans le monde entier nous laisse serpenter a travers ses ruelles et grimper sur la falaise d’amont pour y cueillir nos derniers indices, quel endroit !
Au dessus de tout, presque a toucher mouettes et goélands en tendant le bras, quelle vue imprenable sur cette ville, au loin l’aiguille creuse chère a Maurice Leblanc.
Il nous faut repartir le point de chute n’est pas loin, Arsène lupin ne nous a pas beaucoup aidé cette fois ci, nous arrivons au rendez-vous final, a l’ancienne gare d’Etretat ou un apéritif nous est offert alors que nous rendons nos ‘’devoirs’’ pour contrôle, s’en suit le classement :

Coupe de la plus longue distance décernée à : Didier Bardot et Julien venus du Doubs

Coupe de la plus belle Kadett : Gilles Kania (Kadett A 1964)
La seconde : Didier Bardot (Kadett C coupé 1978)
La troisième : Alain Hauss (Kadett C city 1977)

Coupe du vainqueur du Rallye : François Durieu et Huguette Ledoult(Monza30E)
Le second : Fabrice Fortin et Isabelle(Diplomat 5.4 V8)
Le troisième : Vincent Conseil et Isabelle Lefebvre(Kadett C city 12S)

S’en suivra un repas pris en commun ou tous les participants donneront de leur verbe pour qualifier cette sortie, incontournable, le meilleur de tous, quels beaux paysages, j’y reviendrai bientôt….etc. etc.

Sans aucun doute une très belle édition, à recommencer.
Image du diaporama
« Précédente | Suivante »


Vincent Conseil




«Sortie précédente | Sortie suivante »